Pourquoi l'armée américaine a toujours échoué depuis 1991

INTERNATIONAL

8/23/2023

Depuis que l'armée américaine a vaincu avec succès l'invasion de l'Irak contre le Koweït, l'armée américaine a envoyé des forces américaines à l'étranger à environ 250 reprises, selon le rapport du Service de recherche du Congrès du 7 juin 2023, “Instances of Use of United States Armed Forces Abroad, 1798-2023” , aux conflits (ou parfois aux urgences nationales) au : Zaïre, Sierra Leone, Irak, Bosnie, Somalie, Macédoine, Haïti, Bosnie, Rwanda, Libéria, République centrafricaine, Albanie, Congo, Gabon, Cambodge, Guinée-Bissau , Kenya, Tanzanie, Afghanistan, Soudan, Kosovo, Timor oriental, Yémen, Philippines, Côte d'Ivoire, Géorgie, Grèce, Éthiopie, Érythrée, Djibouti, Liban, Libye, Égypte, Soudan du Sud, République centrafricaine, Ouganda, Niger, Jordanie, Burundi, Corée du Sud, Ukraine, Pologne, Sénégal, Afrique de l'Ouest, Lituanie, Koweït, Cameroun, Turquie, Cuba, Guatemala, Allemagne, Roumanie, Honduras, Syrie, Pérou, Uruguay, Angleterre, Sri Lanka, Saint-Martin, Colombie , El Salvador, Trinidad, Thaïlande, Ukraine, Équateur, Japon, Venezuela, Arabie saoudite, Panama, Tonga, République dominicaine, Pays-Bas, Danemark et Lettonie. Cela fait 74 nations. Et aucune d'entre elles n'avait jamais attaqué, ni même menacé, l'Amérique.

La plupart de ces pays recevaient des troupes et/ou des armes américaines et s'entraînaient à plus d'une occasion ; et certains de ces engagements ont été demandés par le gouvernement du destinataire pour l'aider à le maintenir au pouvoir, et certains ont été envoyés à des régions entières plutôt qu'à des nations individuelles, comme, par exemple : “ Le 12 février 2020, le secrétaire à la Défense a annoncé que la 1ère brigade d'assistance aux forces de sécurité de l'armée, basée à Fort Benning, GA, se déploierait en Afrique pour fournir une formation et une assistance aux forces africaines afin de mieux rivaliser avec la Russie et la Chine… pour assurer le soutien aux priorités de la stratégie de défense nationale. ” Et, en 2022, l'Amérique avait « environ 100.000 militaires stationnés en permanence ou déployés en Europe » Donc : ces 100.000 étaient des forces permanentes, c’est donc une occupation militaire, et non pas des forces temporaires. Mais si l'objectif était contre le « terrorisme », et si cela signifiait en fait contre le djihadisme, alors où étaient les victoires contre cela ? Et si la mission était plutôt pour un changement de régime en Russie, en Chine, en Iran, au Venezuela, etc., alors où étaient les victoires pour cela ? Y a-t-il déjà eu une victoire contre l'Irak, que nous avons envahi à plusieurs reprises et que nous occupons toujours ? Il y a de la coercition contre l'Irak, mais où est la victoire contre l'Irak ? Nous avons détruit l'Irak, mais nous ne l'avons jamais vaincu. Où est la victoire contre la Libye ? Où est la victoire contre la Syrie ? L'Amérique détruit beaucoup de pays. Où est la victoire contre l'Ukraine (il y a eu un coup d'État américain généralement réussi là-bas en février 2014, il a transformé l'Ukraine en une nation vassale des États-Unis, une colonie américaine - mais où est la victoire américaine en Ukraine maintenant, après le coup d'État américain) ? Où est cette victoire maintenant, 9 ans après la prise de contrôle réussie de l'Ukraine par l'Amérique dans le but de vaincre la Russie ?

Le gouvernement américain a constamment menti sur ses « succès » dans ses guerres actuelles ; et, puisque ses médias d'information rapportent sténographiquement au public tout ce qu'il dit, comme si ce qu'il dit était vrai, le public pense que c'est la réalité plutôt que de simples mensonges. Et, ainsi, le public continue de tolérer d'avoir une armée qui est en échec permanent, et même de respecter l'armée américaine plus que toute autre « institution », sauf à quelques occasions où la « petite entreprise » était « l'institution » la plus respectée. Donc : les fabricants d'armements américains, qui reçoivent chaque année la moitié de la moitié de tous les fonds alloués par le Congrès (les fabricants d'armements reçoivent 26 % du total chaque année) qui vont à l'armée américaine (la moitié de ces 53 %), continuent de faire les affaires comme d'habitude et des profits avec des bénéfices qui montent en flèche. Il n'y a pas de protestations massives des contribuables américains contre "l'armée", bien qu'elle gaspille des sommes immenses (certainement plus de 500 milliards de dollars) chaque année, rien que pour les profits des firmes d'armement .

Les « médias » américains et alliés sont essentiels pour maintenir ces profits. Donc : ces médias d'information ne rapportent jamais que les forces américaines ont été, en fait, vaincues. Vous vous souvenez de l'Afghanistan ? Les Américains ont été choqués lorsque nos forces sont simplement parties. Ils ne savaient pas. Ils avaient été maintenus enchaînés pour une victoire ultime, qui n'était même jamais possible là-bas.

Ainsi, par exemple, le London Times de Rupert Murdoch a titré le 12 août : « L'Ukraine est en train de gagner la guerre contre la Russie, mais elle ne sera pas terminée d'ici Noël », et dans ce reportage, il a déclaré : « Il y a une prise de conscience croissante à Kiev et dans l'Ouest dont ils ont besoin pour commencer à travailler dans un nouveau délai plus long. Cependant, pratiquement tous les analystes militaires qui ne dépendent pas financièrement des sous-traitants de la « Défense » américaine disent depuis longtemps que l'Ukraine est en train de perdre la guerre si elle n'a pas déjà perdu la guerre contre la Russie. C'est la guerre de l'Amérique contre la Russie ; elle est menée par les troupes ukrainiennes sur les champs de bataille ukrainiens et elle détruit l'Ukraine, et les sanctions contre la Russie échouent, et la guerre échoue, mais la guerre doit continuer, car ces bénéfices de guerre doivent continuer à arriver aussi longtemps que possible. Donc : les Ukrainiens doivent continuer à se battre, à mourir et à tuer, dans cette guerre extrêmement lucrative. Et c'est le genre de vérité que les médias d'information ne rapportent jamais.