Les éternels rabatteurs : Véritable peste

LIBRE EXPRESSION

8/11/2023

Dès que plusieurs collectifs similaires organisent des journées ou des actions communes, il y a toujours des gredins qui tentent de débaucher des gens d’une association pour les inclurent dans la leur. Leur discours est simple : « Chez nous c’est mieux, plus puissant, plus beau, plus merveilleux ». Jeter de la poudre aux yeux ne coûtent rien, sinon qu’une entorse à la morale. Encore faut-il en avoir.

Il n’appartient pas aux rabatteurs de vendre une salade plus verte, mais aux gens de l’acheter par décision propre. Chaque collectif a son drapeau. Il le hisse pour s’identifier. Il n’est pas là pour faire du prosélytisme à outrance, mais pour marquer sa présence dans l’espoir d’attirer à lui celui qui est attiré par l’objet de son combat. C’est au badaud qu’appartient le choix de le rejoindre ou pas. Il est pitoyable de voir des gens sans scrupule œuvrer pour détourner des gens impressionnables d’un collectif pour les amener dans le leur.

Même si vous rejetez leur offre, ne leur donnez jamais vos coordonnées car ils vous harcèleront pour vous faire sauter le pas. Comme dans le commerce, ils forcent la vente, ce qui est condamnable par la loi. L’étique ne les gêne guère. Les réseaux sociaux sont leur plateforme d’investigation préférée. Ne vous faîtes pas amis avec eux, ils vous tordront pour vous récupérer.

C’est souvent les agents des petits collectifs qui utilisent cette méthode pour tenter de forcir le rang de leurs adhérents. Pourtant, c’est par l’exemple, par l’action, par le dynamisme que l’on attire à soi des troupes, pas en essayant de les voler aux autres par un certain abus de faiblesse.

Faire la promotion de son association est normale dans le cadre des forums des associations, pas dans celui d’une journée commune sensée être sous l’égide de la convivialité et de l’échange.

Il est affligeant pour un président d’une association d’apprendre par des chemins détournés que tel personnage de telle association a tenté, parfois réussi, d’enrôler un membre de son association dans la sienne « concurrente ».

La mission de rabattage passe souvent par la critique gratuite d’un collectif pour encenser le sien. Elle veut ratisser large, sans passer au crible de la pertinence la personne ciblée. Elle cherche la quantité, pas la qualité. Vouloir affaiblir les autres pour monter en puissance n’est pas très heureux pour une association en terme de probité et de renommé. Tôt ou tard, cette méthode se paiera. En attendant, elle fait perdre du temps à la productivité de l’action commune des collectifs.

Condamnons cette méthode peut reluisante.