La Chine se rend au Moyen Orient pour faire pression pour la paix

INTERNATIONAL

10/23/20237 min read

Aujourd’hui l’actualité est dominée par la situation au Moyen Orient. Il s’agit de l’embrasement possible de toute la région et au-delà du massacre, les conséquences économiques et sociales pour toute la planète d’une telle guerre. L’Égypte a pris l’initiative d’un forum mais les Etats-Unis se contentent d’attiser le feu en annonçant des soutiens à Israël en armes et en dollars. Le Qatar joue les intermédiaires, Israël et l’Iran sont les points de la mise à feu. Alors que désormais l’unité en faveur de la paix dépend non seulement des pays de la région mais également de l’entente de la Chine, des Etats-Unis et de la Russie, les États-Unis refusent cette entente et jouent la politique du pire sans moyens réels d’ailleurs. L’UE comme d’habitude est de plus en plus en crise. La France aurait pu jouer un rôle si elle avait conservé la position qui était traditionnellement la sienne au Moyen Orient, avec la Russie et la Chine, mais son choix unilatéral derrière Israël et les USA non seulement limite son rôle international mais est en train de diviser la société française à un point dangereux. Le consensus atlantiste qui caractérise malheureusement la France va chaque jour révéler plus son visage d’impuissance et de mort. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

Des personnes retirent une victime d’un bâtiment détruit par des frappes aériennes israéliennes dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 17 octobre 2023. Photo : Xinhua


Alors que les États-Unis, qui se montrent incapables d’agir en tant que médiateur impartial, s’opposent au reste du monde en promettant des fonds à Israël dans un contexte de malaise et de mécontentement mondiaux croissants face à son soutien unilatéral au pays, l’envoyé spécial de la Chine pour les affaires du Moyen-Orient travaille avec la communauté internationale en vue d’un cessez-le-feu et pour tenter d’obtenir des possibilités pour l’aide humanitaire.

À l’invitation du gouvernement égyptien, Zhai Jun, envoyé spécial du gouvernement chinois pour la question du Moyen-Orient, participera vendredi à un sommet sur la question palestinienne au Caire, selon le ministère chinois des Affaires étrangères. Le sommet réunira des dirigeants mondiaux, dont le président palestinien, le roi de Jordanie et le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, pour discuter de l’escalade de la guerre, a rapporté Reuters. M. Zhai est arrivé à Doha et s’est entretenu avec le vice-ministre russe des Affaires étrangères et représentant spécial du président pour le Moyen-Orient et l’Afrique, Mikhaïl Bogdanov, et le ministre d’État du Qatar au ministère des Affaires étrangères, Mohammed bin Abdulaziz bin Saleh Al-Khulaifi, jeudi.

La Chine cherche à promouvoir la désescalade du conflit israélo-palestinien et à reprendre les pourparlers de paix et un cessez-le-feu, a déclaré l’envoyé spécial, appelant toutes les parties concernées à maintenir le calme et à faire preuve de retenue, et à éviter une nouvelle détérioration et même une perte de contrôle de la situation.

La Chine est profondément attristée par le nombre de victimes civiles causées par le conflit israélo-palestinien et la grave détérioration de la situation humanitaire en Palestine et s’oppose à toutes les actions qui nuisent aux civils, ou à toute pratique qui viole le droit international, a déclaré M. Zhai à Mikhaïl Bogdanov.

Lors d’une rencontre avec le ministre Mohammed bin Abdulaziz bin Saleh Al-Khulaifi à Doha, M. Zhai a déclaré que le Qatar exerçait une influence significative sur la question palestinienne et que la Chine était disposée à maintenir les pourparlers et la coordination avec le Qatar pour jouer un rôle constructif dans l’apaisement de la situation tendue actuelle.

Al-Khulaifi a déclaré que le Qatar s’engageait activement dans les efforts de médiation diplomatique pour désamorcer la situation et appréciait le rôle et l’influence de la Chine et était prêt à renforcer la communication pour œuvrer à un règlement rapide, juste et raisonnable de la question palestinienne.

La Chine joue un rôle important dans l’apaisement du conflit régional au Moyen-Orient. Contrairement aux États-Unis, la Chine a une compréhension correcte des causes profondes du conflit israélo-palestinien. Il est plus facile pour la Chine de rassembler un consensus international et de faire pression pour que davantage de forces internationales travaillent à une résolution constructive du conflit, a déclaré vendredi Li Haidong, professeur à l’Université des affaires étrangères de Chine, au Global Times.

Avant sa visite au Moyen-Orient, M. Zhai a eu une série d’appels téléphoniques avec des responsables de la Palestine, d’Israël, de l’Égypte, de l’Arabie saoudite et d’autres pays du Moyen-Orient pour discuter de la situation actuelle, soulignant que la solution fondamentale au conflit israélo-palestinien réside dans la mise en œuvre de la solution à deux États.

Mao Ning, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a déclaré lors de la conférence de presse de vendredi que M. Zhai se rendrait également dans des pays plus pertinents du Moyen-Orient et tiendrait le monde informé

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, inspecte les fournitures de secours arrivées des Émirats arabes unis à l’aéroport international d’El Arish, avant sa visite au poste-frontière de Rafah entre l’Égypte et la bande de Gaza. Crédit photo : VCG
Commentant la manière de parvenir à un cessez-le-feu et d’apaiser la situation, M. Ding a déclaré qu’il faudrait des efforts conjoints des grandes puissances et de l’ONU pour faire pression sur Israël afin qu’il fasse comprendre que les moyens militaires ne peuvent pas résoudre le conflit israélo-palestinien et qu’ils devraient reprendre la voie des négociations à une date rapprochée. Cependant, le soutien unilatéral des États-Unis à Israël a sapé les efforts du monde pour résoudre le conflit.

Alors que des signes indiquant que la situation dans la zone de guerre va encore s’intensifier, le président Joe Biden a plaidé jeudi pour que les États-Unis soutiennent fermement Israël et l’Ukraine, provoquant une large réaction. Les analystes ont condamné les États-Unis comme un fauteur de troubles et un trouble-fête, et leur soutien unilatéral à Israël ferait échapper à tout contrôle le conflit et jetterait une ombre sur les efforts internationaux visant à le résoudre par des négociations.

Biden a déclaré qu’il enverrait une demande de financement « urgente » au Congrès vendredi, qui devrait s’élever à 105 milliards de dollars, a rapporté la BBC.

La position des États-Unis sur la question régionale ne fait qu’ajouter de l’huile sur le feu. Ce que Biden a fait dans la région ne rend pas Israël plus sûr, mais la situation plus dangereuse car cela ne fait qu’intensifier la haine et les tensions régionales, a noté Ding.

« La politique américaine à l’égard du Moyen-Orient est complètement déconcertante, car ils soutiennent simultanément la poursuite de l’implication d’Israël dans la guerre tout en exprimant leurs inquiétudes quant à la situation qui échappe à tout contrôle », a déclaré Li.

De l’Irak à la Syrie en passant par Gaza, il est évident que les Etats-Unis sont un fauteur de troubles au Moyen-Orient, où ils essaient toujours de créer la crise et le chaos pour réaliser leur intention d’être le soi-disant leader dans la région, a déclaré M. Li.

L’engagement a déclenché une réaction généralisée, allant de la démission d’un responsable du département d’État américain pour protester contre l’approche de l’administration Biden dans le conflit régional, à l’émission d’alertes de sécurité mondiale par le département d’État américain, mettant en garde les citoyens américains à l’étranger contre les attaques terroristes potentielles auxquelles ils pourraient être confrontés.

Li a déclaré au Global Times que l’alerte de sécurité mondiale émise par le département d’État américain indique une escalade potentielle à Gaza. Ce qui est triste, c’est que les provocations irresponsables des États-Unis ont déjà affecté les intérêts et la sécurité des citoyens américains à l’étranger, a-t-il ajouté.

Le soutien unilatéral des États-Unis à Israël a suscité la colère dans des régions plus larges, mettant la présence des forces américaines dans ce pays de plus en plus menacée. Jeudi, un navire de guerre de la marine a intercepté des missiles qui semblaient viser Israël, tandis que des bases américaines en Irak et en Syrie ont fait face à de multiples attaques de drones, selon les médias.

Jeudi, le destroyer de la marine américaine, l’USS Carney, déployé dans la région de la mer Rouge, a intercepté trois missiles sol-sol et plusieurs véhicules lancés par les forces houthies au Yémen, selon AP. Il a été décrit comme « les premiers coups de feu de l’armée américaine pour la défense d’Israël dans ce conflit ».

Selon Reuters, citant des sources de sécurité anonymes, des bases militaires irakiennes abritant des forces américaines ont été ciblées par des roquettes et des drones jeudi. Ces attaques font suite à une récente réponse de groupes armés irakiens alignés sur l’Iran, qui ont promis de riposter contre les États-Unis pour leur soutien à Israël dans son conflit avec le Hamas.

Malgré l’escalade des tensions, la probabilité d’une implication militaire directe des États-Unis dans le conflit israélo-palestinien est faible, en fonction de l’ampleur des débordements du conflit. Bien que la présence militaire actuelle des États-Unis au Moyen-Orient suggère qu’ils sont capables de s’engager dans une action militaire s’ils le souhaitent, la probabilité d’une implication directe des États-Unis est faible si le conflit israélo-palestinien ne s’intensifie pas au niveau des attaques contre Israël par l’Iran ou d’autres forces dans la région, a noté M. Li.

L’ampleur de ce débordement est encore observée, et s’il atteint le point d’implication de l’Iran, les États-Unis sont susceptibles d’intensifier leurs actions militaires, a ajouté M. Li.