Immigration : pour en finir avec l'aveuglement suicidaire

NATIONAL

10/5/20237 min read

Alors que les migrants affluent à Lampedusa, l’Institut Montaigne vient de faire ce constat stupéfiant :


l’année dernière, l’immigration a représenté quasiment trois quarts de l’accroissement de la population française.


Pourtant, même si une majorité de Français comme vous sûrement, se dit inquiète au sujet de l’immigration, la plupart d’entre eux n’en mesurent pas l’ampleur inouïe.


Quant à ses conséquences dramatiques, tout particulièrement sur l’insécurité, ils n’en ont généralement qu’une idée très approximative, bien en deçà des réalités en tout cas.


Peu de gens savent, par exemple, que les étrangers représentent un quart des détenus dans les prisons françaises, d’après le ministère de la Justice, et même quasiment la moitié d’entre eux à Fresnes - cela sans compter les immigrés naturalisés !


Vous qui nous lisez régulièrement, vous savez que les faits édifiants comme ceux-ci, occultés dans la plupart des médias, sont mis en lumière, jour après jour, sur Boulevard Voltaire.


Mais, alors qu’un nouveau projet de loi sur l’immigration est en préparation, il est urgent que les Français accèdent à l'ensemble de ces informations capitales, leur donnant un état des lieux précis de l'immigration et de ses conséquences dans notre pays, sans lequel ils ne pourront ni prendre toute la mesure de la situation, ni exiger résolument des réponses à la mesure des enjeux.


C’est une véritable mission de salut public que nous devons mener, avec votre soutien !


Car tant qu’un nombre suffisant de Français n’auront pas accès à ces informations primordiales, tant qu’ils n’en auront pas une parfaite conscience, mettant une pression énorme sur les hommes politiques, ceux-ci continueront de mettre la tête dans le sable.


Tel Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, contestant le lien avec l’immigration après les émeutes de juin dernier ; tel Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, cultivant le même déni après le viol barbare d’une jeune femme perpétré cet été à Cherbourg ; tel Clément Beaune, ministre des Transports, prétendant encore tout récemment ne rien savoir des agresseurs sévissant dans les bus, les métros ou les trains…


Comme s’ils pouvaient ignorer ces chiffres effarants, pourtant tirés de statistiques officielles :


• Sur l’ensemble du territoire, les étrangers commettent 3 fois plus de délits que les Français (précisément, 19 % des délits sont commis par des étrangers, bien que seuls 7 % des habitants n’aient pas la nationalité française, d’après le ministre de l’Intérieur).


• Alors que quatre plaintes pour viol sont déposées à Paris tous les jours selon la Place Beauvau, 6 fois sur 10, ce sont des étrangers qui sont mis en cause en cas d’agression sexuelle dans les transports d’Île-de-France, d’après le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure.


• Quant aux individus interpellés après les émeutes de l’été, selon la préfecture de Police de Paris, "une grande majorité [...] sont originaires de l’immigration (2e ou 3e génération), principalement du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne" ; c’est écrit noir sur blanc dans le rapport des Inspections générales de l’administration et de la Justice.


Depuis le meurtre effroyable de la petite Lola, beaucoup de Français ont entendu parler du scandale des OQTF (obligations de quitter le territoire français) non appliquées, mais savent-ils qu’il ne se passe pas une semaine sans que soit rapporté un crime ou un délit commis par un étranger en situation irrégulière ?


"Un Congolais sous OQTF terrorise un quartier à Évreux" (notre article du 3 septembre) ; "Mantes-la-Ville : le clandestin hébergé par le couple a avoué l’incendie mortel" (2 septembre) ; "Béziers : un Algérien sous OQTF menace les usagers de la gare avec un couteau" (22 août)…


Cacher, nier, cette réalité scandaleuse, c’est s’interdire d’y répondre, et laisser les choses empirer dangereusement.


Vous qui avez conscience de ces faits édifiants relatés sur votre média libre, s’il vous plaît, aidez-nous à les faire connaître encore davantage, à des centaines de milliers de personnes, en lançant une grande campagne d’information...


... pour les marteler sans relâche, les imprimer dans les esprits, et susciter une prise de conscience salutaire, sans laquelle il sera impossible d’exiger des hommes politiques qu’ils prennent enfin le problème à bras le corps !


Comme nous vous le disions, dorénavant, l’immigration compte pour quasiment trois quarts de l’accroissement de notre population.


Les chiffres sont sidérants… mais encore faut-il y avoir accès.


Beaucoup de gens ont pu entendre dire à la télévision qu’il y avait 11 % d’immigrés en France, mais comme l’explique Jean-Paul Gourévitch, spécialiste des migrations, dans un entretien à Boulevard Voltaire :


"Si l’on ajoute leurs descendants directs, nés de deux parents immigrés ou d’un couple mixte, on arrive autour de 25 % de personnes d’origine étrangère en France qui, pour plus des deux tiers, ont une ascendance africaine, maghrébine ou subsaharienne".


Cela laisse présager des changements plus profonds encore que ceux que nous avons déjà connus jusqu’à présent.


Si la plupart des gens constatent la multiplication des voiles et des abayas dans la rue, beaucoup ignorent la volonté de certains élus d’autoriser les burkinis dans les piscines municipales, comme on l’a vu à Grenoble et Toulouse, et aussi de proscrire le porc au menu des cantines scolaires, par l’entremise des repas végétariens comme on a tenté de le faire à Lyon.


Parallèlement, les commerces "halal" continuent de gagner du terrain, avec une croissance toujours très forte de leur activité : + 15 % par an, d’après la "Fédération du halal en France", signe d’une montée en puissance du communautarisme sans précédent.


Même les enseignes les plus connues des Français y contribuent désormais, à l’image de Sephora, la chaîne de produits cosmétiques, qui célèbre les "hijabeuses" dans sa dernière publicité, ces militantes refusant d’ôter leur voile pour jouer au football...


En même temps, "diversité" oblige, des élus comme Éric Piolle, maire de Grenoble, exigent d’ores et déjà que plusieurs fêtes chrétiennes soient retirées de notre calendrier !


Oui, la France que vous aimez, avec ses traditions, sa culture, est en train de changer inexorablement sous l’effet d’un tsunami migratoire, sans que la plupart des Français n’aient vraiment idée des bouleversements radicaux qui transforment notre pays.


Il faut absolument le leur faire savoir !


Vous qui en avez conscience, s’il vous plaît, donnez-nous les moyens de lancer une campagne d’information sans précédent, pour en finir avec ce déni suicidaire, et susciter la prise de conscience salutaire amenant les Français à exiger vraiment, et avec une force viscérale, une réaction à la mesure des enjeux !


Malgré les changements radicaux qui sont à l’œuvre, peut-être l’avez-vous remarqué vous aussi : la plupart des médias nous parlent désormais des "métiers en tension" pour justifier la poursuite d’une immigration toujours aussi massive…


... sans jamais mentionner son bilan financier, pourtant accablant d’après les études publiées sur le sujet.


Entre les aides sociales, la CMU, les frais inhérents à la détention des prisonniers délinquants, les dépenses sont telles qu’on estime le coût de l’immigration à 20 milliards d’euros par an, voire 33 milliards "en élargissant le calcul à la première génération de descendants d’immigrés", selon la Fondation pour l'innovation politique, et même 54 milliards, d’après les derniers travaux de Jean-Paul Gourévitch.


C’est un fardeau accablant, infligé aux Français sans qu’ils n’aient aucune idée précise de ce que cela leur coûte.


Avant l’adoption d’une nouvelle loi sur l’immigration – dont plusieurs députés réclament d’ores et déjà qu’elle facilite encore plus les régularisations, sous prétexte de combler les emplois vacants ! -, nous vous demandons instamment de nous aider à tout faire pour obtenir un débat salutaire, permettant de stopper ces maux qui gangrènent notre pays, avant qu'il soit trop tard !


Il est absolument primordial que les Français aient en tête les faits essentiels qui leur permettront de mesurer l’ampleur de l’immigration et d’en évaluer tous les effets.


Sans cela, faute d’une conscience suffisante du drame qui menace notre pays, jamais la pression sur les hommes politiques ne sera suffisamment forte pour les obliger à prendre le problème à bras le corps.


C’est ce qui rend tellement important le soutien que vous nous apporterez aujourd’hui même, pour nous aider à lancer une gigantesque campagne d’information.


Publications constantes sur notre site Internet, production de vidéos propices à toucher les plus jeunes, partage sur les réseaux sociaux pour élargir notre audience, envois massifs d’emails et de courriers papier pour faire connaître votre média et ses informations précises et irréfutables à des centaines de milliers de personnes à travers toute la France...


Avec votre aide, nous devons inonder le pays de tout un flot d’informations aussi frappantes qu’essentielles pour imprimer dans les esprits l’ampleur stupéfiante de l’immigration, son incidence phénoménale sur l’insécurité, les bouleversements terribles qui en résultent pour notre culture et nos traditions, les coûts faramineux infligés à notre économie.


Et pour intensifier notre travail d'information, relayer encore davantage les analyses pertinentes sur l'immigration et lancer cette grande campagne d’information sans perdre de temps, nous devons réunir très vite un premier budget de 80 000 euros.


Pour y parvenir, nous avons vraiment besoin de vous.


Ne l’oubliez pas, Boulevard Voltaire n’existe que parce que des citoyens comme vous ont décidé de nous aider.
C’est votre générosité, et rien d’autre, qui nous permettra de mener à bien cette mission de salut public.
D’avance, un grand merci pour votre engagement à nos côtés.
L’équipe de Boulevard Voltaire